JUNK HEAD

de Takahide Hori
(Japon, 2021, 1h40, animation / stop-motion)

Dans un futur postapocalyptique, la planète est devenue invivable et l’humanité en voie d’extinction. Des clones nommés les Marigans règnent dans les mondes souterrains après s’être rebellés quelques siècles plus tôt. Un homme est envoyé en mission dans ces dédales peuplés de créatures étranges et monstrueuses afin de comprendre comment celles-ci se sont reproduites. Résultat de sept années de travail acharné où Takahide Hori a assuré quasiment tous les rôles, il s’agit là d’un des meilleurs films d’animation que nous ayons vu depuis des lustres. Le tout en stop motion à base de marionnettes. Primé dans de nombreux festivals et gratifié du Satoshi Kon Award, Junk Head est un tour de force délirant et haletant, tour à tour drôle ou terrifiant, qui n’en oublie pas de rendre hommage à Alien, The Thing et au meilleur de la science-fiction dans son courant le plus grotesque, surréaliste et industriel. Imaginatif et explosif.

Sadi 25/09 à 23h30 – American Cosmograph